Histoire de la rue piétonne.

DUM DUM

21, rue du Général de Gaulle.

 

     Jusqu'en 1960, cet endroit fut une maison particulière d'habitation où résida, dans les années 1950-1960, la famille ROCAND.

     En 1970, Pierre RENAUD y crée la maroquinerie Couleur Cuir et, en 1980, Christian BOURCEREAU installe un magasin de céramique.

      Depuis 1990, les locaux sont occupés par l'enseigne Dum-dum, un magasin de bivelots et souvenirs.



25.jpg

WAALY

21 Bis, rue du Général de Gaulle.

 

     Jusqu'en 1960, on y trouve une maison d'habitation et son jardin.

     En 1963, James AIREY ouvre son salon de coiffure. Il mania le rasoir et tondeuse durant un peu plus de 20 ans. En 1984, il cède son pas de porte à Monsieur et Madame Jean-Claude CHAUVIN. Ces derniers modifient alors les locaux pour en faire un commerce de rideaux, lainages et voilages, Harmony, puis en décembre 19880, il prend l'enseinge Pingouin.

     En 1997, ce magasin affiche l'enseigne Chepstown (vêtements) qui devient en 2002, Waaly également magasin de vêtements dont les propriétaires sont sucessivement Gérard ROUCAYROL et Monsieur et Madame GARRO.


26.jpg

 

 

Cycles Charles COUILLON

 

 

28-1.jpg

     

La photo ci-dessus date de 1940. Elle représente le magasin avec son enseigne assez originale : Cycles écrémeuses, articles de sport.

     Sur le pas de porte, on reconnait Monsieur et Madame Charles COUILLON avec leurs filles Yvette et Ginette.

     charles COUILLON était un grand sportif qui a participé à la création d'associations, notamment de L"Océan Sport en 1923.

 

 

BENGALI

23, rue du Général de Gaulle

 

     De 1920 à 1960, ce bâtiment fut la maison de la famille COUILLON (père et fils) qui tenait le magasin de cycles à côté.

     En 1965, c'est Monsieur Gérard SIMONNEAU qui en fait sa demeure ayant également racheté le fonds de commerce COUILLON.

     En 1992, transformation complète pour l'installation d'un magasin de vêtements Bengali, puis en 1998, sous la même enseigne, le commerce devient un lieu où l'on trouve cadeaux et décorations pour la maison.

 

 

29.jpg

 

HORLOGERIE-BIJOUTERIE

23 bis, rue du Général de Gaulle.

 

     Charles COUILLON, ayant acheté deux petites maisons de marins, crée à cete ndroit, en 1910, un magasin-atelier de cycles qui sera repris, en 1930, par Charles COUILLON Fils.

     En 1965, Monsieur Gérard SIMONNEAUBN y installe un magasin d'électroménager.

En 1992, Monsieur Thierry DUBAILE ouvre un magasin d'Horlogerie-Bijouterie (Monsieur DUBAILES était auparavant à l'angle de la rue Gautté et du quai du port Fidèle, où il avait succédé à Monsieur POUZET).

 

 

30.jpg

L'EPICERIE PAPIN

   (en 1960)


31.jpg


De 1952 à 1962, l'épicerie qui s'est appelée

L"Epargne de l'Ouest puis l'Union, était

tenue par Madame Papin.



32.jpg

KING PACO GLACES

25, rue du Général de Gaulle.

 

     Dans les années 1920 à 1936, se trouvait à cet emplacement l'épicerie appelée "L'Epargne de l'Ouest" de Monsieur Gabriel NADEAU, puis en 1936, Monsieur Marcel GABORIT.

     En 1952, ce commerce est tenu par Madame Madeleine PAPIN, puis, en 1962, par Madame Virginie PAGAUD. L'épicerie s'appelait alors "l'Union".

     On y accédait en montant deux marches. "Enfants, nous allions acheter des bonbons" disent aujourd'hui ceux qui, à l'époque étaient en culottes courtes.

      En 1985, le magasin est divisé en deux parties :

     - le magasin de prêt à porter de Madame Renée CABANETOS.

     - un magasin de plats cuisinés tenu par Monsieur BOUCARD.

     Les deux magasins ont de nouveau été réunis en un seul, en 1998, lorsque Monsieur Tony GUIMET crée la glacerie King Paco Glaces.

 

numerisation0001-2-1.jpg

LA CHAPELLERIE MILCENT

 

numerisation0002-2-1.jpgnumerisation0003-2-1.jpgMonsieur Auguste MILCENT

          (dit Gustave)

Né à Notre-Dame-de-Riez, le 17 février 1856 et décédé à Croix-de-Vie, le 10 janvier 1931.

Fondateur de la chapellerie

Il était le fils de Auguste MILCENT et

de Césarine GUSTEAU.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CARINE

27, rue du Général de Gaulle.

 

     Une des plus anciennes enseignes de la rue. La chapellerie a effectivement été fondée, en 1881, par Monsieur Auguste MILCENT. Ses enfants, Léontine et Robert, exploitèrent la chapellerie de 1931 à 1950. Robert MILCENT fut le dernier représentant de la famille à exploiter la chapellerie.

     En 1950, le magasin est repris par Louis Rousseau et son épouse Colette. Louis ROUSSEAU fut une des grandes figures locales, un des piliers de l'Union des Commerçants avec Charles GRASSET, Léon SELLIER et Paul BOUCHERIE.

     Depuis 1990, c'est Carine la fille de Louis et Colette, qui gère la chapellerie ayant pris pour enseigne le nom de "Carine".

     A remarquer, au-dessus de la vitrine, le chapeau de gendarme qui a toujours été conservé et qui porte fièrement la mention "maison fondée en 1881".

numerisation0005-2.jpg

 

numerisation0006-2.jpg                                                                                                    La Chapellerie MILCENT EN 1932

                                                                                           On reconnait Robert MILCENT et sa fille Roberte

 

AVANT

numerisation0007-2.jpg

                                                                                 Madame et Monsieur Claude BENETEAU, tailleur de 1965 à 2001.


LA PLAGE DES GOURMETS.

27bis, rue du Générale de Gaulle.


     En 1930, cette propriété était habitée par Mademoiselle MILCENT.

     En 1950, Monsieur BREMAUD crée le magasin "VOGUE", on trouve ensuite le fleuriste Valentin AVRILLAS.

     C'est en 1965 que Claude BENETEAU (tailleur) et son épouse ouvrent un commerce "Tailleur pour hommes et chemiserie", ils y resteront jusqu'en 2001.

     Monsieur Pascal MILCENDEAU leur succède et ouvre un magasin de produits du terroir "La plage des Gourmets".

 

numerisation0008-2.jpg               

                                                                                                


 

MAROA

29, rue du Général de Gaulle.

    
     Jusqu'en 1950, ce fut également la maison particulière de la famille MILCENT.

     En 1950, Christian BARBEAU ouvre une maroquinerie à l'enseigne "Peau d'Ane".

     Puis 1980, Monsieur PINEAU installe un magasin de vêtments "La Malle", repris, en 1987, par Madame HERAUD.

     Changement de décor, en 1990, avec une parfumerie "Maroa" créée par Monsieur ORTIS et reprise en 2002, par Nicole SABATIER.

numerisation0009-2.jpg

 

 FOODY'S FAST FOOD

29 Bis, rue du Général de Gaulle.

 

     Un des plus anciens magasins de la rue. Durant 50 ans, ce fut un dépôt de bières et de vins.

     En 1910, on trouvait à cet emplacement le magasin vins et spiritueux de MM. COULON et MOREAU. En 1930, le commerce était tenu par Monsieur BROCHARD et en 1950, par Yves CHAUVIERE. Pendant toutes ces années, on allait se ravitailler en cet endroit en bières, vins, apéritifs et alcools.

     C'est en 1960 que Madame ROCAND installe son magasin de vêtements "Sélection" qui sera repris en 1970, par son fils Hubert et son épouse puis par leur fille qui leur succédera durant plusieurs années.

     En 1998, le magasin change complètement d'aspect puisque de vêtements de prêt à porter pour hommes et femmes, il se transforme en Fast-Food.

 

numerisation0012-2.jpg

numerisation0013-2.jpg

    

 

 

 

(1950)  Madame ROCAND (mère d'Hubert Rocand) devant la teinturerie Pontoizeau où elle      travaillait avant d'ouvrir le magasin Sélection.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

numerisation0010-2-1.jpg

MODERN' SALON

Dames - Messieurs

J. GUILLET Parfumerie

Croix-de-Vie téléphone 2.71

 

numerisation0014-2-1.jpg

 

GERARD COIFFURE

31, rue du Général de Gaulle.

 

     De tout temps, il y eut à cet endroit un salon de coiffure. Aujourd'hui, on peut encore voir, au sommet de la façade, l'inscription "Modern Salon".

     En 1920, le salon était tenu par Monsieur ARCHAMBAUD puis, en 1930, par Monsieur DESILEAU. C'est en 1950, que Monsieur et Madame Jean GUILLET prennent possession des locaux. Ils y resteront jusqu'en 1980, laissant la place à Gérard Coiffure.

 

LA FONTAINE AUX BONBONS

31, rue du Général de Gaulle.

 

     Ce magasin a été créé en 1995, lorsque le salon de coiffure fut divisé en deux parties. Jusqu'en 1995, on trouvait donc le même commerce (coiffure).

 

numerisation0015-2.jpg

 

CORALYS

33, rue du Général de Gaulle

 

     Maison particulière jusqu'en 1930, c'est cette année là que Monsieur QUINTARD crée son épicerie "Aux nouveautés parisiennes".

     En 1940, Monsieur OUVRARD y installe un atelier de réparation-électricité qui sera repris, en 1950, par Monsieur FELLER.

     Le local deviendra en 1970, un magasin de laines et articles de puériculture "Maman Bébé" tenu par Madame BOUCARD-MULLER.

     Le 9 mars 14979, ouverture du Magasin CORALYS, vente de linge de maison et dépôt pressing tenu par Monsieur et Madame BOURMAUD. Le 1er mars 1989, reprise du magasin par leur fille, Madame Corinne TOUGERON.

 

numerisation0002.jpg

 

 

 

   

CORALYS 1977/2003

 

 

 

 

 

 

 

 

numerisation0001-9.jpg

 

 

 

 

                                                                                  CORALYS en 2004

BOUTIQUE CHARME

35, rue du Général de Gaulle

 

     Si les murs pouvaient parler ! ... Voilà encore un magasin qui tient une place  de choix dans l'histoire de la rue.

 

     En 1920, Monsieur BROCHET était dans les lieux en tant que sabotier. Son magasin de vente de chaussures s'appelait "la boule d'or".

      En 1935, Monsieur et Madame TRICHET achètent le fonds pour y créer un atelier de couture et magasin de prêt-à-porter.

     En 1943, le magasin devient "la boutique Charme", enseigne créée par Madame BOIZARD qui présente alors un commerce de lingerie féminine. En 1960, Madame BOIZARD y ajoute le prêt-à-porter féminin.

     En 1984, l'enseigne est reprise par Monsieur et Madame GARRO et en 1990, ces derniers confient la gérance de leur magasin à Monsieur et Madame CHAIGNE.

 

numerisation0003-1.jpg

 

LA BOULE D'OR

 

numerisation0005-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 


En 1920, Monsieur BROCHET, sabotier créait une cordonnerie

et un magasin de chaussures.

Sur cette photo, prise dans les années 1930, on peut voir

Monsieur BROCHET avec ses deux filles Marie-Josephe et Odette

 

 

 

 

 

LA BOUCHERIE CHEVALINE

 

numerisation0006.jpg

En 1980, la boucherie chevaline était tenue par Jo BERTRAND.

Elle avait un grand succès notamment pour la tête de cheval qui ornait sa devanture

qui a été maintes et maintes fois photographiée par les touristes anglais.

 

BAMBOO

37, rue du Général de Gaulle.

 

     En 1930, on y trouvait une aprtie de l'atelier de menuiserie de Monsieur François SIMONNEAU (l'autre partie occupait le local voisin).

     En 1950, Madame PENARD prend possession du local et crée le magasin de vêtements "Impression".

     Depuis l'an 2000, ce magasin a pris l'enseigne "Bamboo" dont le propriétaire est Monsieur COLLET.

 

numerisation0008.jpg

 

 

100 PASSEPORTS

37, rue du Général de Gaulle.

 

     Jusqu'en 1950, ce local ne faisait qu'un avec le voisin (Bamboo) et abritait l'atelier de Monsieur SIMONNEAU. En 1950, Monsieur Charles BLANDINEAU ouvre une boucherie chevaline, reprise en 1975, par Jo BERTRAND. Depuis 1996, la boucherie a été transformée en un magasin de souvenirs et divers.

 

numerisation0007.jpg

 

 

numerisation0009.jpg 

                                                                                               En 1956, le groupe Bise-dur défile rue de Gaulle

                                                                                               On reconnait les commerces de gauche à droite

                                                                                                                - La boutique CHARME

                                                                                                                - La Boucherie Chevaline

                                                                                                                - La Voilerie MORINEAU

                    

Isidore et Victor VOILIER   

 VOILERIE MORINEAU

 

     Monsieur Victor MORINEAU est né à Saint-Gilles-sur-Vie, le 25 octobre 1861.

     En 1886, il épouse Marie-Henriette MARCHAND. Il crée alors la Voilerie en réunissant l'épicerie CRULLEAU de sa belle-famille (angle de la Grand' Rue et la rue de la petite Ile) à la maison voisine.

     Les voiles étaient faites sur mesure. Victor MORINEAU allait prendre les cotes sur les bâteaux pour réaliser un dessin (plan). Les toiles étaient de coton et venaient directement d'une usine du Nord de la France. Elles étaient coupées et cousues à la main. La paume de la main était protégée par un gantelet de cuir. Plus tard vers 1934/1935, elles furent cousues à la machine. Victor MORINEAU avait fait l'acquisition de deux machines "Singer".

     Les voiles étaient vendues directement aux marins sans intermédiaire, elels étaient livrées blanches. Les marins teignaient eux-mêmes leurs voiles. pour cela, ils achetaient des baris de poudre ocre ou rouge. Cette poudre était diluée à de l'eau, sans doute un produit existait pour fixer la couleur.

     Le caseyeur HOPE, construit en 1943 par les chantiers THOMAZEAU était équipée de voiles Morineau. Depuis 1997, il est inscrit au Patrimoine Maritime et est propriété de la ville de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Il participe aujourd'hui à diverses manifestations maritimes grâce à l'association Suroît.

     Les fils de Victor MORINEAU Isidore et Victor, succédèrent à leur père, décédé à Croix-de-Vie le 28 octobre 1943.

     En 1964, la Maison Morineau Frères fut vendue à Monsieur PONTOIZEAU, teinturier à Challans, puis à Monsieur Jean-Pierre MAYER, pour devenir un magasin de sports "Mayer Sports".

     En 1930, un autre voilier, Monsieur Jean ROCH, s'étaitinstallé près de la mairie de Croix-de-Vie, mais dut abandonner avec l'arrivée des bâteaux à moteur.


MAYER SPORTS

39, rue du Général de Gaulle.


     Dans la première moitié du XXème siècle, ce local était l'un des plus connus de Croix-de-Vie. La voilerie fut fondée, en 1886, par Monsieur Victor MORINEAU. Ses fils, Victor et Isidore lui succédèrent. Ce dernier fut maire de Croix-de-Vie de 1947 à 1965.


     En 1966, Monsieur A. Pontoizeau succède aux frères MORINEAU, et remplace la voilerie par un magasin d'articles de sports et de pêche.


     En 1975, le commerce est repris par Monsieur Jean-Pierre MAYER et prend l'enseigne Mayer Sports.

     Depuis 1990, c'est la fille de Monsieur MAYER, Sylviene et son mari Jacques BETHUS qui gèrent l'affaire d'articles et de vêtements de sports.


numerisation0011.jpg

HORLOGERIE 

41, rue du Général de Gaulle.

 

     Au début du XXème siècle (1910-1920), ce local était un café "La Cave" et également un commerce de charbons tenu par Monsieur Marcel BETHUS.

     Rappelons qu'à cette époque, le chauffage central n'existait pas et qu'on se chauffait uniquement à l'aide d'un poêle à charbon ou d'une cuisinière à bois.

     En 1930, le magasin devient un commerce de primeurs tenu par Monsieur Louis VRIGNAUD.

     En 1957, Monsieur et Mme Michel AUTIN achète à Mme Neuville les murs du n°41 (commerce Vrignaud) pour y ouvrir une bijouterie-horlogerie qui sera reprise, en 1987, par Monsieur Jean-Pierre SEJOURNE.

     Mr Michel Autin né à Saint-Gilles-sur-Vie en 1926 avait fait son apprentissage chez Mr Lebot qui tenait une bijouterie juste à côté de l'Hôtel des Voyageurs qui sera reprise par la suite par Mr Pouzet.

 

EQUATEUR

43, rue du Général de Gaulle.

 

     De maison particulière en 1920, le bâtiment devient en 1930 un fonds de commerce appartenant à Madame Paulette QUINTARD, épouse GARNIER.

     Le 3 mars 1955, Monsieur et Madame Marcel COUTON achètent le fonds et lui donnent l'enseigne "Au Bottier Moderne". Les murs étaient la propriété de Madame NEUVILLE possédant également la bijouterie AUTIN.

     En 1965, les vêtements prennent la relève avec le magasin "Sandy Vêtements".

     Depuis 1981, le local est occupé par un commerce de bibelots et souvenirs à l'enseigne "Equateur".

 

 

equateur-1.jpg

 

PHOTO BUCHOU

45, rue du Général de Gaulle.

 

     Ce commerce à longtemps été une charcuterie.

     Jusqu'en 1935, ce fut la charcuterie NEUVILLE, puis la charcuterie ALLEGRET. Monsieur Marius ALLEGRET fut tué par les Allemands le 1er septembre 1944, à Apremont. Après la mort de son mari, son épouse a continué le commerce.

 

     En 1955, la charcuterie fut reprise par Monsieur LESAGE.

     En 1975, la charcuterie disparait pour laisser la place a un magasin de photos crée par Monsieur et Madame Michel BUCHOU.

 

1-153.jpg

 

numerisation0015.jpg

    

HOTEL NEPTUNE


22-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      Hôtel Neptune en 1925

22-3-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            A gauche, l'hôtel Neptune, la maison d'habitation de la famille PEAULT (BRIERE)

                                 la maison d'habitation de Monsieur RAIMBAUD

            la quincaillerie-droguerie SIMON, la boulangerie VIAUD et la pharmacie TESSON.

 

hotel-le-neptune.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                      Hôtel Le Neptune en 2004

    

     Ce bâtiment, qui est aussi l'un des plus anciens de la rue, a toujours été un commerce hôtelier.

     Les archives nous apprenent que l'hôtel était tenu, en 1900, par Monsieur FAUVEL, et, en 1920, par Monsieur FLAMENT. En 1930, il était géré par Monsieur STRIBY.

     Depuis 1960, l'hôtel est la propriété de la famille BURGAUD.



54-1.jpg

 


BANQUE C.I.O.

49, rue du Général de Gaulle.

 

     Avant 1960, le local était la maison particulière d'habitation de Monsieur Jules PEAULT, receveur des Douanes.

     Ensuite la maison fut occupée par la famille BRIERRE.

     C'est en 1982 que la banque du Crédit Industriel de l'Ouest y installe son agence locale, après avoir été quelques années au 17 de la même rue.


numerisation0017-1.jpg



FIL ET MONDE

51, rue du Général de Gaulle.

 

     Ce petit magasin de v^tements date de 1988 et appartient à Monsieur VERRON.

     En remontant au début du siècle dernier, cette maison a été l'habitation de Monsieur RAMBAUD, clerc de notaire et ce, jusqu'en 1960.

     En 1960, le local était repris par Monsieur Michel ARCHAMBAUD pour devenir une partie du magasin d'électroménager.


 

numerisation0018-2.jpg

LA GALERIE GOURMANDE

53, rue du Général de Gaulle.

 

     Le magasin Fil et Monde, la galerie gourmande et le café Le grand Bleu ont été pendant de nombreuses années, la droguerie des Frères Simon, le magasin électro-ménager ARCHAMBAUD et la quincaillerie ROUX.

     En ce qui concerne plus précisément La Galerie Gourmande, ce fut Ernest SIMON qui créa, en 1920, un commerce de quincaillerie-droguerie et charbons ainsi qu'un poste d'essence situé devant le magasin.

     En 1940, ce sont les enfants, René et Jean, qui reprennet l'affaire en y ajoutant un magasin de laines et fleurs tenu par Madame SIMON. En 1960, le commerce est ensuite repris par Monsieur Michel ARCHAMBAUD et son épouse.

     C'est en 1988 que La Galerie Gourmande voit le jour. Elle comprenait à cette époque plusieurs commerces :

                                                Le jardin d'Olivier (fruits)Olivier BOUIN

                                                La boucherie Marcel PETITGARS

                                                La Meule d'Or (fromagerie-crèmerie) Sylvie BERNARD

                                                La charcuterie Guy AUBINAIS (reprise en 2004 par la famille POUVREAU (traiteur-charcutier)

                                                La poissonnerie PELLOQUIN (gérant Monsieur MENEZ).

numerisation0019-1.jpgnumerisation0020.jpg

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

numerisation0021.jpg

 

 

 

Le jardin d'Olivier

 

 

 

 

numerisation0022.jpg

 

 

 

 

 

 

                                                                    La Boucherie Marcel PETITGARS








numerisation0023.jpg